Geoffroy Le FERRON de SOUCHET

Nom
Geoffroy Le FERRON de SOUCHET
Décès décembre

Note
#Générale# Écuyer et Seigneur de Souchet, on le qualifie " Homo Notabilis ". Il e st d'abord Trésorier du Duc de Bretagne et, à ce titre, il confisque au nom de son suzerain un certain nombre de fief à Gilles de Rais. Il est ensuiteConseiller du Roi et Trésorier de France. En 1444, il est chargé par l'Amiral Prégent de Coëtivy de l'administration de ses bie ns, tant en Bretagne qu'en Saintonge. Alors qu'il se rendait à Taille bourg auprès de l'Amiral avec une malle pleine de documents importants , il s'arrêtapour cela à la Roche-sur-Yon (85) le 07/12/1444. Franç ois Prélatti, dit Montcatin, Capitaine en ce lieu, eut vent de son pas sage et s'empressa de le faire arrêter. Cet homme d'origine italienne , était un ancien familier de Gilles de Rais avec lequel il s'était li vré à des actions demagie et d'alchimie. Il avait été emprisonné à N antes (44) avec Gilles de Rais. Il s'était gagné la confiance du Roi R ené, Duc d'Anjou, en lui faisant croire qu'il pouvait fabriquer des m étaux précieux et avait obtenu la Capitainerie de laRoche-sur-Yon. I l prétendait que Geoffroy Le Ferron était venu pour l'espionner et il l'enferma dans une basse-fosse très profonde, obscure et humide, sans couverture ni manteau. Il fouilla dans sa malle et fabriqua une fauss e pièce qui accablaitGeoffroy Le Ferron. Il essaya, après un pseudo jugement, de lui soutirer une rançon de 25.000 écus d'or. L'accusé ne se laissa pas faire et ce n'est que sous la torture et le simulacre d 'une mise à mort (réveillé en pleine nuit, mis à nu, on menaça de le jeter d'une fenêtre de la prison sur les rochers qui longeaint l'Yon) qu'il accepta de signer un engagement de payer 1.000 écus d'or vieux e t un certain nombre d'objets anciens à la condition qu'on le remit à la justice du Duc d'Anjou. Le Duc d'Anjou, alerté, fit envoyer une Co mmission. Par traitrise, Montcatin réussit à les faire repartir. Il fi t un simulacre de départ avec son prisonnier vers Angers (49), mais l e rejeta dans la même prison. Le Lieutenant du Roi à Poitiers (86) ac compagné d'une simple Compagnie d'hommes d'armes et du Procureur du Ro i en Poitou vint devant le château de Montcatin, mais celui-ci envoya une bande importante attaquer par surprise la petite trouperoyale, t uant deux hommes et en blessant six. Les autres repartirent vers Poit iers. Geoffroy était toujours dans sa basse-fosse et sentant sa derni ère heure arrivée, demanda un religieux qui lui fut refusé. Il se con fessa cependant au Seigneur Jean de La Brunetière, l'un des hommes de Montcatin. Celui-ci le fit sortir de sa prison car il ne désirait pas sa mort, mais la rançon. Un Officier et le Procureur du Duc d'Anjou, accompagné d'un commandement demandant la mise en liberté immédiate d e Geoffroy Le Ferron, se présentèrentalors, mais Montcatin refusa en core d'obéir et les autres, sur la présentation du faux document payèr ent la rançon promise sous la torture et purent repartir avec Geoffro y Le Ferron. Suite à la plainte de celui-ci, le Conseil du Roi condam na Montcatin et l'un de ses comparses à mourir sur le bûcher en mars 1 448.
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89 | Quiz Akademos