Philippe III le Hardide FRANCE de VALOISÂge : 40 ans12451285

Nom
Philippe III le Hardide FRANCE de VALOIS
Naissance 1245 19 24
Décès du grand-père maternelRaymond Béranger IVde PROVENCE
19 août 1245
Décès de la grand-mère paternelleBlanchede CASTILLE
26 novembre 1252 (Âge 7 ans)

Naissance d’un frèreRobertde FRANCE de CLERMONT
1256 (Âge 11 ans)

Naissance d’une sœurAgnèsde FRANCE
1260 (Âge 15 ans)

MariageIsabelled'ARAGONAfficher cette famille
28 mai 1262 (Âge 17 ans)
Décès de la grand-mère maternelleBéatricede SAVOIE
1266 (Âge 21 ans)

Naissance d’un fils
#1
Philippe IV le Belde FRANCE de VALOIS
1268 (Âge 23 ans)
Naissance d’un fils
#2
Charlesde FRANCE de VALOIS
1270 (Âge 25 ans)

Décès du pèreLouis IX (Saint)de FRANCE
1270 (Âge 25 ans)
Note : Il meurt en croisade.
Décès de l’épouseIsabelled'ARAGON
28 janvier 1271 (Âge 26 ans)
MariageMariede BRABANTAfficher cette famille
21 août 1274 (Âge 29 ans)
Naissance d’un fils
#3
Louisde FRANCE d'ÉVREUX
1276 (Âge 31 ans)

Naissance d’une fille
#4
Margueritede FRANCE de VALOIS
1282 (Âge 37 ans)

Naissance d’une fille
#5
Blanchede FRANCE
1284 (Âge 39 ans)

Mariage d’un enfantPhilippe IV le Belde FRANCE de VALOISJeanne 1èrede NAVARREAfficher cette famille
14 août 1284 (Âge 39 ans)
IMAGEoui

Décès 1285 (Âge 40 ans)
Famille avec les parents - Afficher cette famille
père
mère
Mariage : 27 mai 1234
12 ans
lui
12 ans
frère plus jeune
5 ans
sœur plus jeune
Famille avec Isabelled'ARAGON - Afficher cette famille
lui
épouse
Mariage : 28 mai 1262, Clermont-Ferrand, 63, , France
7 ans
fils
3 ans
fils
Famille avec Mariede BRABANT - Afficher cette famille
lui
épouse
Mariage : 21 août 1274, Vincennes, 94, , France
2 ans
fils
7 ans
fille
3 ans
fille

Note
#Générale# Il est Roi de France de 1270 à 1285. " ... Philippe est appellé le Har di ... à cause de son grand coeur. ... Il suivit S. Louis, son père d ans le second voyage de la Terre Sainte (Note : en Tunisie) , ...y ét ait à sa mort, & il y fut salué Roi par les Grands & par toute l'armé e : à son retour en France, il fut sacré à Rheims, & gouverna le Royau me avec beaucoup de prudence. Il se trouva à Lyon lorsque le Concile général de Lyon y fut ouvert, en 1274. Le Concile était de cinq cens E vêques & Archevêques, soixante-dix Abbés & mille autres, tant Docteur s en Théologie, que Députés des Chapitres. Le Pape Grégoire X y présid a. On y travailla entr'autres à la réformation des abus de l'Eglise, & des moeurs parmi les Chrétiens, & à la réunion de l'Eglise Grecque à la Romaine, qui était en différent touchant la Procession du S. Espr it. Les Ambassadeurs du Roi, de l'Empereur Rodolphe, & de plusieurs a utres Princes de l'Occident, & ceux de Michel, Empereur de Grèce s'y t rouvèrent. Deux grands & saints Docteurs mururent en ce tems-là, sain t Thomas d'Aquin proche de Terracine, comme il venait au Concile ; & s aint Bonaventure dans Lyon, après y avoir assisté. Le premier était d e l'Ordre de S. Dominique ; le second, de celui des Frères Mineurs, & avait été fait Cardinal pour son rare mérite, par le Pape Grégoire X. ... Pierre d'Aragon anima si fort les Habitans de Sicile contre les Français, que le jour de Pâques, en 1282, ils furent tous massacrés. D 'où vient qu'on appelle ce massacre les Vêpres Siciliennes ? C'est qu e le premier coup de Vêpres était le signal dont on était convenu pour faire ce massacre. Combien tua-t-on de Français ? Pour le moins huit mille, & cela en deux heures de tems. Le Roi ne vengea-t-il pas la mo rt de ces Français ? Il fut en personne faire la guerre contre le Roi d'Aragon, & prit Gironne, mais une fièvre maligne l'ayant attaqué, il en mourut à Perpignan, l'an 1285.... S'il l'on considère les qualité s de Philippe le Hardi, il fut vaillant, bon, libéral, juste & très-pi eux, mais trop simple & trop aisé à tromper. Si sa conduite ne fut pa s heureuse par les entreprises qu'il fit au dehors, elle le ne pouvait être davantage pour le dedans de son Royaume, parce qu'il le rendit riche & florissant par une paix de quinze ans, sans autre vexation d'i mpôts ; & dans le maintien d'une exacte justice. " (Le Ragois - Instr uction sur l'Histoire de France - 1782). S'il est très aguerri dans le s exercices physiques, il n'est pas doué pour ceux de l'intelligence. Son père, connaissant les capacités du garçon, place à ses côtés une personne qui a toute sa confiance : Pierre de Brosse. Le jeune Prince est ébloui par son précepteur et en éprouve rapidement un vif amour, partagé, pour lui. Dès le début de son règne, il le nomme premier min istre et subit son influence, positive, jusqu'à ce que la puissance d e Pierre de Brosse amènent le Roi à prendre ses distances avec lui. Pi erre de Brosse est pendu en 1278 à Montfaucon.
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89 | Quiz Akademos