Le Grand Palamède de Forbin.

Palamède de FORBIN1508

Name
Palamède de FORBIN
Birth of a brotherJean de FORBIN
1428

MarriageMarguerite Jeanne de CASTILLON-BEYNESView this family
1455

Number of childrenMarguerite Jeanne de CASTILLON-BEYNESView this family

Note: Palamède de Forbin et Marguerite Jeanne de Castillon-Beynes ont encore au moins deux garçons et deux filles.
Marriage of a childBoniface de CASTELLANEHonorée de FORBINView this family
1488

Death of a brotherJean de FORBIN
1498

Death February 1508
Address: Observance
Family with parents - View this family
father
mother
brother
himself
brother
Private
Family with Marguerite Jeanne de CASTILLON-BEYNES - View this family
himself
wife
Marriage: 1455
daughter
son

SourceBIB_ACHARD-PROVENCE_1787
Publication: Histoire des Hommes Illustres de la Provence Ancienne et Moderne, 2 t., 1787.
SourceBIB_DICTBIOGRAPHIQUE_13
Publication: Bouches-du-Rhône – Dictionnaire Biographique Illustré – 1911.
Citation details: pages 278-279
Number of children
Palamède de Forbin et Marguerite Jeanne de Castillon-Beynes ont encore au moins deux garçons et deux filles.
Note
Palamède de FORBIN est Seigneur de Soliers et Gouverneur de Provence. D'après Claude François Achard, dans son ouvrage, Histoire des Hommes Illustres de la Provence, 1ère partie, p. 303 : Il est "dit le Grand, d'une ancienne & illustre famille, Seigneur de Soliers, Gouverneur de Provence, Lieutenant du Roi en Dauphiné, se distingua sur la fin du 15me. Siècle & au commencement du 16me. Il descendoit de magnifique & généreux Seigneur, Pierre de Forbin, qui vivait en 1362, & qui de Françoise d'Agoût laissa Guillaume de Forbin, marié en 1379 à Durande Rossi. Celui-ci fut Père de François de Forbin, de qui sortit Jean de Forbin, qui d'Isoarde de Marin, fille de Claude, Seigneur de Bourg-Franc, Ambassadeur en Savoie, eut entr'autres Enfans, Jean II du nom, chef de la branche de Janson, & Palamède, qui fut Conseiller & Chambellan du Roi René, après avoir été Président dans la Chambre des Comptes. C'étoit un homme d'une grande habileté, de beaucoup de savoir, & d'une merveilleuse expérience dans les affaires. Louis XI, qui connoissoit bien les hommes, ne négligea rien pour s'attacher cet habile courtisan, & Palamède ménagea si adroitement l'esprit de Charles d'Anjou, Roi de Naples & de Sicile, Comte de Provence, & héritier de René, qu'il lui persuada de laisser ses États à Louis XI & à ses Successeurs Rois de France ; ce que ce Prince fit par testament du 10 Décembre 1481 : il étoit alors à Marseille où il mourut le jour suivant. Palamède fit aussi-tôt avertir le Roi de cette mort. On dit même qu'il avoit déjà instruit ce Prince des Droits que nos Monarques avoient sur la Provence, dont le principal étoit fondé sur un article, du Contrat de Mariage de Charles I, Roi [p. 304] de Naples, &c. avec Béatrice de Provence en 1245, qui substitut nos Rois à leurs états, au défaut d'Enfans mâles. Le Roi, pour reconnoître ce service, fit Forbin Gouverneur & Lieutenant-général de Provence, & lui donna la commission d'en prendre possession en son nom, de tenir ses états, de recevoir le serment de fidélité des Gentilshommes & des Officiers de la Province, de donner des grâces & abolitions de crimes, de confirmer les privilèges, & de disposer des charges. Ce Seigneur assembla, en 1842, les états de la Province, où il ordonna qu'on s'y serviroit du droit écrit, & des Loix, Statuts, & coutumes du Pays. Il disposa de la charge de grand Sénéchal en faveur de Raymond de Glandevès, Seigneur de Faucon, son gendre, & donna celle de Juge-Mage à Louis de Forbin, son Fils. Charles VII avoit donné la Vicomté de Martigues à François de Luxembourg, son Cousin. Ce dernier en jouit quelques tems ; mais ayant déplu à Louis XI, ce Prince la confisqua sur lui en faveur de Palamède, qui prenoit alors ces titres : Palamède de Forbin Chevalier, Seigneur de Soliers, Vicomte de Martigues, Conseiller & Chambellan du très Chrétien & Magnanime Prince, Louis, par la Grâce de Dieu, Roi de France, Comte de Provence, Forcalquier & Terres adjacentes, Gouverneur & Lieutenant-général pour Sa Majesté audit Pays, &c. Forbin fit un voyage à la Cour, où le Roi le reçut avec beaucoup de bonté, & fut renvoyé au commencement de l'année 1483, avec un pouvoir aussi étendu que celui qu'il avoit déjà. Cette grande faveur réveilla la haine de ses envieux, qui s'étoient flattés que ce voyage à la Cour renverseroit sa fortune ; ils espéroient qu'il succomberoit infailliblement dans l'exécution de l'ordre pressant qu'il avoit reçu de rendre compte de sa conduite. Ce retour glorieux les désespéra, ils portèrent de nouvelles plaintes à la Cour. Le Roi en étant fatigué, chargea le Seigneur de Baudricourt, Chevalier de l'Ordre, & Gouverneur de Bourgogne, d'aller s'informer de la conduite du Seigneur de Soliers. Il reconnut l'innocence du Gouverneur, qui fut confirmé dans ses charges. Le Roi mourut sur la fin du mois d'Août de la même année, & Charles VIII, son fils, âgé de 13 ans, lui succéda. Les ennemis de Palamède, profitant des désordres de l'état durant la minorité du jeune Prince, cherchèrent à l'opprimer : Ils y réussirent pour lors. Ceux qui avoient la régence obligèrent Forbin à remettre sa charge de Gouverneur à François de Luxembourg, qui rentra dans la Vicomté de Martigues. Aimar de Poitiers, Baron de St. Vallier, fut fait Lieutenant du Roi, & Sénéchal de la Province ; cette dernière charge fut ôtée au Seigneur de Faucun, qui eut part de la disgrâce de son Beau-Père. Palamède continua de servir son Prince avec fidélité, & mourut à Aix au mois de Février 1508. Il fut enterré dans l’Église des Religieux Observantins. On peut lire également une courte biographie de ce personnage dans 'Bouches-du-Rhône - Dictionnaire Biographique Illustré - 1911', page 278 : "FORBIN (Palamède de), seigneur de Solies, mort à Aix en 1508. Président de la Chambre des Comptes, et premier ministre du roi René d'Anjou." "Il employa son crédit à soutenir les intérêts de Louis XI, qui avait eu soin de le gagner par des présents. Charles d'Anjou, successeur de René, s'abandonna entièrement à la domination de Forbin, et se laissa persuader par lui de nommer par son testament le roi de France son héritier universel. Après la mort du prince (1481), le premier ministre prit possession de la Provence au nom de Louis XI, réduisit à l'obéissance les partisans de René II, duc de Lorraine, assembla les états, par lesquels il fit reconnaître la validité du testament de Charles et l'autorité du roi, et [p. 279] accomplit enfin la réunion de cette belle province à la France, dont elle était séparée depuis les temps des premiers Carlovingiens. Louis donna au seigneur de Forbin un pouvoir presque absolu sur ce nouveau domaine, en lui disant : « Tu m'as fait comte (de Provence), je te fais roi ».
Media objectLe Grand Palamède de Forbin.Le Grand Palamède de Forbin.
Format: image/jpeg
Image dimensions: 446 × 620 pixels
File size: 58 KB
Type: Photo
Highlighted image: yes
Publication: Nicolas-Claude Fabri de Peyresc, Histoire abrégée de Provence et autres textes, 1982.
Citation details: page 176, planche II.
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89