Pierre Honoré de ROUX de BOYERAge: 79 years16951774

Name
Pierre Honoré de ROUX de BOYER
Birth October 23, 1695 50 32
Address: Les Accoules
Note: Il est né dans la soirée.
Christening October 24, 1695 (Age 1 day)
Address: Les Accoules
Note:
État-Civil de Marseille (13) Les Accoules - Baptêmes - 23 octobre 1695 [du 24 octobre 1695] Pierre Honnoré ROUX, fils de Sr François et de Dlle Catherine BRUNJ, né hier le soir dans notre paroisse, a esté baptisé, son parrain Sr Pierre NÉGREL, sa marraine Dlle Marg[ueri]tte VINIER, laquelle a déclaré ne scavoir écrire, de ce enquis, par moy vic. soussigné, [Ont signé :] Négrel, [?] vic., Roux.
Marriage of a siblingJean Baptiste Ignace de ROUX de PÉPINThérèse VITTEView this family
September 9, 1714 (Age 18 years)
Address: St-Martin
Death of a fatherFrançois de ROUX
1726 (Age 30 years)
MarriageAnne BOYERView this family
August 4, 1733 (Age 37 years)
Address: St-Martin
père de l'époux: François de ROUXfatherfather-in-law
mère de l'époux: Catherine de BRUNYmothermother-in-law
père de l'épouse: Thomas BOYERfather-in-lawfather
mère de l'épouse: Marguerite BOUTHIERmother-in-lawmother
frère de l'époux: François de ROUXbrotherbrother-in-law
Note:
État-Civil de Marseille (13) St-Martin - Mariage - 4 août 1733 L'an mil sept cent trente trois et le quatrième du mois d'aoust de la même année, après une publication faite dans notre paroisse sans qu'aucun empêchement soit venu à notre connaissance, les parties ayant obtenu dispense de deux autres, duement insinuée en présence de nous Suran vicaire soubsigné, mariage a esté célébré entre Sr Pierre Honoré ROUX, fils de feu Sr François et de dlle Catherine BRUNY, de cette ville, d'une part, et Honnette fille dlle Anne BOYER, fille de Sr Thomas et de dlle Marguerite BOUTHIER, de cette même ville, d'autre, nous ayant apparu de la mort du père de l'époux, le tout en présence de sa mère et des père et mère de l'épouse, et des Sieurs Joseph Antoine SERMET, Gaspard BOUTHIER, frère, Joseph Lazare de FLOTTE, religieux Minîme, de Révérend père Bonaventure EYRAUD, religieux recollés, tous témoins requis et soussignés qui nous ont assurés l'état libre des parties et leur domicile dans notre paroisse, ledit mariage a esté béni par le Révérend père François ROUX, frère de l'époux, par nous délégué à cette fin, les parties et les parents ont signé avec nous, [Ont signé :] Roux, Anne Boyer, Boyer, Bruny Roux, Frère Bonaventure Eyraud recollet, Bouthier, Sermet, Bouthier, Fr. de Flotte, Roux, Vitte Roux, Fr François Roux minîme, Suran Vic.
Death of a motherCatherine de BRUNY
after August 4, 1733 (Age 37 years)

Birth of a son
#1
Jean Baptiste Ignace de ROUX
1735 (Age 39 years)

Birth of a son
#2
François Marie de ROUX
1741 (Age 45 years)
Address: St-Martin
Birth of a son
#3
Thomas Boniface de ROUX-NÉGREL
May 4, 1745 (Age 49 years)
Address: St-Martin
Occupation
Commerçant

Acte notarié
Partage simple

Note: Archives Départementales des Bouches du Rhône, côte VIF 19 à 22. Comprenant procédures, inventaires, pièces annexées... Son fils Jean Baptiste est son héritier.
Christening of a sonThomas Boniface de ROUX-NÉGREL
May 4, 1745 (Age 49 years)
Address: St-Martin
aïeul maternel: Thomas BOYERmaternal grandfather
Note:
État-Civil de Marseille (13) St-Martin - Baptêmes - 4 mai 1745 Du quatrième may mil sept cent quarante cinq, Thomas Boniface ROUX, fils légitime de Sr Pierre Honnoré, Négotiant, et de Dame Anne BOYER, est né et a été baptisé aujourd'huy par nous LONG, vicaire soussigné, son parrain a été Mr Thomas BOYER, son grand père maternel, et sa marraine dlle Anne Thérèse FERRARI, le père présent, [Ont signé :] Boyer, Pierre Honoré Roux, Ferrari, Long vicaire.
ChristeningPierre Honoré NÉGREL
April 15, 1752 (Age 56 years)
Marriage of a childFrançois Marie de ROUXAnne Élisabeth AILLAUD de MONTMARTINView this family
November 26, 1771 (Age 76 years)
Marriage of a childJean Baptiste Ignace de ROUXMarie Françoise GUIENView this family
1772 (Age 76 years)

Lettres de noblesse
Lettres de noblesse - août 1772
1772 (Age 76 years)

Note:
Compiègne (60) - Lettres de noblesse - août 1772 Archives Municipales de la Ville de Marseille (13), CC 59bis. Lettres de noblesse au Sr Pierre Honoré Roux. Louis, par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre, Comté de Provence, Forcalquier et terres adjacentes, à tous présents et à venir salut, parmi les différents objets entre lesquels nous avons à partager nos soins, le Commerce est un d'iceux sur lesquels ils se sont toujours étendus à l'imitation des Rois nos prédécesseurs, nous nous sommes fait un devoir de récompenser par des marques d'honneurs ceux qui s'y sont le plus distingués, et qui se sont attachés à le porter au degré de perfection vers laquelle nous voyons avec la plus vive satisfaction qu'il est sur le point de parvenir, parmi les négociants de notre Royaume qui ont le plus contribué à le rendre florissant, notre Cher et bien aimé le S. Pierre Honnoré Roux, ancien premier Échevin de la ville de Marseille nous a paru mériter plus particulièrement une preuve éclatante de notre protection. La distinction avec laquelle il a toujours soutenu son commerce lui a mérité l'avantage d'avoir été nommé successivement à toutes les charges publiques de la ville de Marseille. Il était Commissaire de cette ville lorsqu'elle eut le malheur d'être affligée de la peste et dans cette occasion, il donna même au péril de sa santé et de sa vie les preuves les plus multipliées de son courage et de son zèle pour ses concitoyens ; en 1755 et en 1756, nous crûmes devoir reconnaître ses services en le nommant premier Échevin, et à cette époque remarquable par le succès de l'expédition de Mahon, il nous donna de nouvelles preuves de sa fidélité et de son affection en se dévouant sans réserve à ce que le bien de notre service exigeait de sa vigilance. Nous nous déterminons d'autant plus volontiers à lui conférer la noblesse que nous sommes instruits que le S. Roux son fils marche sur ses traces, et a déjà donné des preuves de ses talens dans la Chambre de Commerce de la même ville. À ces causes, nous avons, de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, annobli et par ces présentes annoblissons le dit S. Pierre Honnoré Roux et des titres et qualités de noble et Écuyer l'avons décoré et décorons, voulons et nous plaît qu'il soit citté et réputé noble tant en jugement que dehors, ensembles ses enfants et postérité, et descendants males et femelles, né et à naître en légitime mariage, que comme tels, ils puissent prendre en tous lieux et actes la qualité d'Écuyers, parvenir à tous degrés de Chevalerie et autres [?], titres et qualités réservés à notre noblesse, qu'ils soient inscrits au Catalogue des nobles et qu'ils jouissent et usent de tous les droits, privilèges, franchises, libertés, prééminences, exemptions et immunités dont jouissent et ont accoutume de jouir les anciens nobles de notre Royaume, tant qu'ils vivront noblement et fairont acte de dérogeance, comme aussi qu'ils puissent acquérir tenir et posséder tous fiefs, terres et Seigneuries nobles de quelques titres et qualités qu'elle soient. Permettons au dit S. Roux et à ses enfants, postérité et descendance de porter des armoiries timbrées telles qu'elles seront réglées et blasonnées par le S. d'Hozier, juge d'armes de France et ainsi qu'elles seront peintes et figurées dans ces présentes auxquelles son acte de règlement sera attaché sous notre contre scel avec pouvoir et liberté de les faire peindre, graver et inscuplter, si elles ne le sont déjà, en tête en droit de leurs maisons, terres et seigneuries que bon leur semblera sans que pour raison de ce que dessus, led. S. Roux, ses enfants, postérité et descendants puissent être tenus de nous payer et à nos successeurs Rois aucunes finances ni indemnités dont à quelques sommes qu'elles puissent acoûter nous leur avons fait et faisons de par ces présentes et sans qu'ils puissent être troublés à recherchés pour quelque cause occasion et prétent[ion] qu'elle soit à charge par eux de vivre noblement et sans déroger. Si donnons commandement à nos amis et féaux Conseillers les gens tenant notre cour de Parlement à Aix et à tous nos officiers et justiciers qu'il appartiendra que ces présentes ils ayent à faire enregistrer et de contenir en icelles jouir et user led. S. Roux, et ses enfants, postérité et descendants males et femelles, nés et à naître en légitime mariage, pleinement, paisiblement et perpétuellement, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements quelconques et nonobstant tous édits, déclarations, arrêts et règlements à ce contraire et aux dérogations des dérogatoire y contenir, nous avons dérogé et dérogeons pour ce regard seulement, et sans en tirer à conséquence, car tel est notre plaisir, et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait mettre notre scel à ces dittes présentes sauf en autres choses notre droit et [?] en tous. Donné à Compiègne au mois d'août l'an de grâce mil sept cent soixante douze et de notre règne le cinquante septième. Signé Louis ; Visa de Beaupéou, par le Roy, Comte de Provence, signé Phélypeau Enregistrés, ensemble le jugement d'armes et la quittance d'un marc d'or au registre parlamentaire et conservé aux archives de Sa Majesté en Provence dans l'armoire lettres et collationné par nous Chevaliers, Conseillers du Roy en la Cour de Parlement de ce pays, commissaires aux dittes archives soussignés ensuite de l'arrêt de la Cour du 11 j[anv]ier 1773 rendu sur la requête à elle présentée par S. Pierre Honnoré Roux, ancien premier Échevin et Négociant de la ville de Marseille, signé L'Hermite, Maillane, Portaly, de Martialis. Règlement d'armoiries pr le S. Pierre Honnoré Roux, négociant et ancien premier Échevin de la ville de Marseille en conséquence des lettres de son annoblissement du mois d'août 1772. Antoine Marie d'Hozier de Sérigny, Chevalier, Juge d'Armes de la noblesse de France, Chevalier Grand Croix honoraire de l'ordre Royal de St Maurice de Sardaigne, Vu les lettres patentes en forme de charte données par le Roy à Compiègne au mois d'août de la présente année 1772, signées Louis et plus bas par le Roy, Comte de Provence, Phélypeau, par lesquelles S. M. annoblit le S. Pierre Honnoré Roux, négociant et ancien Premier Échevin de la ville de Marseille, ensemble ses enfants, postérité et descendants males et femelles, nés et à naître en légitime mariage. Nous, en vertu de la clause ennoncée dans les dittes lettres qui permet au dit S. Roux et à ses enfants, postérité et descendants de porter des armoiries timbrées telles qu'elles seront réglées par nous comme juge d'armes de la noblesse de France et ainsi qu'elles seront figurées dans les dittes lettres auxquelles notre acte de règlement sera attaché sous le contre scel de la Chancellerie conformément à l'arrêt du Conseil du 9 mars 1706, avons réglé pour ses armoiries un écu d'azur à trois lis de jardin au naturel, sortants d'une terrasse de sinople, mouvante de la pointe de l'écu et surmontés d'un soleil d'or, ledit écu timbré d'un casque de profil orné de ses lambrequins, d'or, d'azur, d'argent et de sinople et afin que le présent règlement d'armoiries puisse servir au dit S. Roux et à ses enfants et postérité née et à naître en légitime mariage tant qu'ils vivront noblement et ne fairont aucun acte de dérogeance, nous l'avons compris dans les registres des annoblissements après l'avoir signé et fait contresigner par notre secrétaire qui y a apposé le sceau de nos armes, à Paris, le samedi vingtunième jour du mois de novembre de l'an mil sept cent soixante douze, Signé d'Hozier de Sérigny. Par Monsieur le Juge d'Armes de la noblesse de France, signé Duplessis. J'ai reçu de M. Pierre Honnoré Roux la somme de deux mille livres pour le droit de Marc d'or fixé par l'édit du mois de décembre mil sept cent soixante dix pour raison des lettres de noblesse à luy accordées par Sa Majesté au mois d'août mil sept cent soixante douze et huit cent livres pour les huit sols pour livres dudit droit. Fait à Paris le vingt huit novembre mil sept cent soixante douze, signé Carou. Au dos, est écrit enregistré au controlle général du marc d'or des ordres de Sa Majesté pour nous Écuyer Conseiller du Roy Controlleur Général dudit marc d'or. À Paris le vingt neuf novembre mil sept cent soixante douze, signé Beauraix. Collationné à l'original par nous Écuyer Conseiller Secrétaire du Roy, Maison Couronne de France et de ses Finances, signé Levié. Extrait des Registres du Parlement sur la requête présentée à la Cour par Sieur Pierre Honnoré Roux, ancien premier Échevin et négociant de la ville de Marseille, contenant qu'il a plu à Sa Majesté de lui accorder des lettres de noblesse ainsi que pour ses enfants nés et à naître et désirant le suppliant profiter de la grâce qu'il tient de Sa Majesté, il requiert très humblement la Cour de vouloir bien entériner les dittes lettres, ce faisant ordonner qu'elles seront enregistrées ensemble le jugement du juge d'armes et registres de la Couronne formes ordinaires, et qu'à cet effet le supliant sera inscrit dans le Catalogue des Nobles de Provence, pour jouir par lui, ses enfants et postérité des droits, privilèges, franchises et immunités accordé à la noblesse conformément aux dittes lettres. Vue la ditte requête signé Carbonel appointée le onze janvier mil sept cent soixante treize et soit montrée au Procureur du Roy la réponse de son substitut du même jour n'empêchant, signé Carrel, les dittes lettres patentes de noblesse données à Compiègne au mois d'août dernier signées Louis et plus bas par le Roy, Comte de Provence, Phélypeau, scellées d'un grand sceau de cire verte et à cotté visa, le règlement d'armoiries fait par le juge d'armes du vingt un novembre dernier, la recharge de la requête, et vue le rapport de M. Joseph d'Escleu, Chevalier, Conseiller du Roy en la Cour tout considéré dit a été que la Cour a vérifié les dittes lettres de noblesse, ordonne qu'elles seront enregistrées ensemble le règlement d'armoiries et registres des archives du Roy pour le tout être gardé, observé et exécuté suivant la forme et teneur et qu'à cet effet le supliant sera inscrit dans le Catalogue des Nobles de Provence pour jouir par lui, ses enfants et postérité des droits, privilèges, franchises et immunités accordées à la noblesse, conformément aux dittes lettres patentes, fait au Parlement de Provence, séant à Aix, le onze janvier mil sept cent soixante et treize, Collationné, signé Régibaud.
Marriage of a childThomas Boniface de ROUX-NÉGRELMarie Anne NÉGRELView this family
October 26, 1773 (Age 78 years)
Address: St-Loup
frère de l'époux: Raymond de ROUXbrotherbrother-in-law
mère de l'époux: Anne BOYERmothermother-in-law
Note:
État-Civil de Marseille (13) St-Martin - 26 octobre 1773 L'an mil sept cent soixante treize, et le vingt six octobre, a été célébré dans l'église du quartier St Tronc et contracté sur les registres du quartier St Loup, le mariage entre Noble Thomas Boniface ROUX, négotiant, et dlle Marie Anne NÉGREL, de la paroisse St Martin, en présence de nous soussigné, État-Civil de Marseille (13) St-Loup (succursale de St-Martin) - 26 octobre 1773 L'an mil sept cent soisante treize, et le vingt six octobre, après une seule publication faite dans la paroisse St Martin, sans avoir découvert aucun empêchement, vu la dispense de deux bans et l'empêchement de consanguinité du troisième au quatrième degré accordé par Monseigneur d'Évêque, le tout duement insinué, en présence de la mère de l'épouse, curatrice pourvue à la vuidité de sa fille par le testament de son époux reçu aux écritures de feu Me ARTIR, en présence des père et mère de l'époux, nous soussigné Me Raymond ROUX, prêtre de ce diocèse, frère de l'époux, vicaire général du diocèse de Glendevès, assisté de la personne de Messire Joseph Antoine OLIVIER, chanoine curé de la paroisse St Martin, avons reçu le mutuel consentement de mariage et donné la bénédiction nuptiale selon le rite de notre Ste Mère l'Église, à Noble Thomas Boniface ROUX, négotiant, fils majeur de Noble Pierre Honnoré ROUX et de Dame Anne BOYER, de cette ville, demeurant sur notre paroisse, rue des Dominicains, d'une part, et à demoiselle Marie Anne NÉGREL, fille mineure de feu Sieur Jean Baptiste NÉGREL et de Dame Thérèse NÉGREL, de cette ville, demeurant sur notre paroisse, rue du Petit St Jean, d'autre, présents Noble Pierre Guillaume de ST JACQUES d'ARGENS, Conseiller au Parlement de Provence, Noble François Lazare CAMPOU, Écuyer, de cette ville, Noble Jean Baptiste Ignace ROUX, négotiant, de cette ville, et Sr Étienne CAILLOL, bourgeois de cette ville, témoins requis, qui nous ont dit connaître les parties, leur état libre, le domicile pour être tels que dessus, conformément à la disposition de l'ordonnance, et lecture faite du présent acte, tous ont signé avec nous, [Ont signé :] Thomas Roux, Marie Anne Négrel, Pierre H. Roux, Boyer Roux, Négrel-Négrel, St Jacques d'Argens, Étienne Caillol, F. L. Campou, Roux, Jacques Roux, Fr. Roux, Roux ptre, Olivier Chne.
ChristeningAnne Rose Marie de ROUX
August 30, 1774 (Age 78 years)
Death November 6, 1774 (Age 79 years)
Address: St-Martin
Family with parents - View this family
father
mother
Marriage: January 31, 1679Marseille 02, Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
brother
brother
brother
elder sister
Catherine de ROUX
Birth: 1691 46 28Marseille 02, Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
Death:
17 months
elder brother
Jean Joseph de ROUX
Birth: May 21, 1692 47 29, Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
Death:
1 year
elder sister
2 years
himself
Family with Anne BOYER - View this family
himself
wife
Marriage: August 4, 1733Marseille 01, Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
2 years
son
daughter
son
son
son
daughter
son
son

Birth
Il est né dans la soirée.
Christening
État-Civil de Marseille (13) Les Accoules - Baptêmes - 23 octobre 1695 [du 24 octobre 1695] Pierre Honnoré ROUX, fils de Sr François et de Dlle Catherine BRUNJ, né hier le soir dans notre paroisse, a esté baptisé, son parrain Sr Pierre NÉGREL, sa marraine Dlle Marg[ueri]tte VINIER, laquelle a déclaré ne scavoir écrire, de ce enquis, par moy vic. soussigné, [Ont signé :] Négrel, [?] vic., Roux.
Marriage
État-Civil de Marseille (13) St-Martin - Mariage - 4 août 1733 L'an mil sept cent trente trois et le quatrième du mois d'aoust de la même année, après une publication faite dans notre paroisse sans qu'aucun empêchement soit venu à notre connaissance, les parties ayant obtenu dispense de deux autres, duement insinuée en présence de nous Suran vicaire soubsigné, mariage a esté célébré entre Sr Pierre Honoré ROUX, fils de feu Sr François et de dlle Catherine BRUNY, de cette ville, d'une part, et Honnette fille dlle Anne BOYER, fille de Sr Thomas et de dlle Marguerite BOUTHIER, de cette même ville, d'autre, nous ayant apparu de la mort du père de l'époux, le tout en présence de sa mère et des père et mère de l'épouse, et des Sieurs Joseph Antoine SERMET, Gaspard BOUTHIER, frère, Joseph Lazare de FLOTTE, religieux Minîme, de Révérend père Bonaventure EYRAUD, religieux recollés, tous témoins requis et soussignés qui nous ont assurés l'état libre des parties et leur domicile dans notre paroisse, ledit mariage a esté béni par le Révérend père François ROUX, frère de l'époux, par nous délégué à cette fin, les parties et les parents ont signé avec nous, [Ont signé :] Roux, Anne Boyer, Boyer, Bruny Roux, Frère Bonaventure Eyraud recollet, Bouthier, Sermet, Bouthier, Fr. de Flotte, Roux, Vitte Roux, Fr François Roux minîme, Suran Vic.
Lettres de noblesse
Compiègne (60) - Lettres de noblesse - août 1772 Archives Municipales de la Ville de Marseille (13), CC 59bis. Lettres de noblesse au Sr Pierre Honoré Roux. Louis, par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre, Comté de Provence, Forcalquier et terres adjacentes, à tous présents et à venir salut, parmi les différents objets entre lesquels nous avons à partager nos soins, le Commerce est un d'iceux sur lesquels ils se sont toujours étendus à l'imitation des Rois nos prédécesseurs, nous nous sommes fait un devoir de récompenser par des marques d'honneurs ceux qui s'y sont le plus distingués, et qui se sont attachés à le porter au degré de perfection vers laquelle nous voyons avec la plus vive satisfaction qu'il est sur le point de parvenir, parmi les négociants de notre Royaume qui ont le plus contribué à le rendre florissant, notre Cher et bien aimé le S. Pierre Honnoré Roux, ancien premier Échevin de la ville de Marseille nous a paru mériter plus particulièrement une preuve éclatante de notre protection. La distinction avec laquelle il a toujours soutenu son commerce lui a mérité l'avantage d'avoir été nommé successivement à toutes les charges publiques de la ville de Marseille. Il était Commissaire de cette ville lorsqu'elle eut le malheur d'être affligée de la peste et dans cette occasion, il donna même au péril de sa santé et de sa vie les preuves les plus multipliées de son courage et de son zèle pour ses concitoyens ; en 1755 et en 1756, nous crûmes devoir reconnaître ses services en le nommant premier Échevin, et à cette époque remarquable par le succès de l'expédition de Mahon, il nous donna de nouvelles preuves de sa fidélité et de son affection en se dévouant sans réserve à ce que le bien de notre service exigeait de sa vigilance. Nous nous déterminons d'autant plus volontiers à lui conférer la noblesse que nous sommes instruits que le S. Roux son fils marche sur ses traces, et a déjà donné des preuves de ses talens dans la Chambre de Commerce de la même ville. À ces causes, nous avons, de notre grâce spéciale, pleine puissance et autorité royale, annobli et par ces présentes annoblissons le dit S. Pierre Honnoré Roux et des titres et qualités de noble et Écuyer l'avons décoré et décorons, voulons et nous plaît qu'il soit citté et réputé noble tant en jugement que dehors, ensembles ses enfants et postérité, et descendants males et femelles, né et à naître en légitime mariage, que comme tels, ils puissent prendre en tous lieux et actes la qualité d'Écuyers, parvenir à tous degrés de Chevalerie et autres [?], titres et qualités réservés à notre noblesse, qu'ils soient inscrits au Catalogue des nobles et qu'ils jouissent et usent de tous les droits, privilèges, franchises, libertés, prééminences, exemptions et immunités dont jouissent et ont accoutume de jouir les anciens nobles de notre Royaume, tant qu'ils vivront noblement et fairont acte de dérogeance, comme aussi qu'ils puissent acquérir tenir et posséder tous fiefs, terres et Seigneuries nobles de quelques titres et qualités qu'elle soient. Permettons au dit S. Roux et à ses enfants, postérité et descendance de porter des armoiries timbrées telles qu'elles seront réglées et blasonnées par le S. d'Hozier, juge d'armes de France et ainsi qu'elles seront peintes et figurées dans ces présentes auxquelles son acte de règlement sera attaché sous notre contre scel avec pouvoir et liberté de les faire peindre, graver et inscuplter, si elles ne le sont déjà, en tête en droit de leurs maisons, terres et seigneuries que bon leur semblera sans que pour raison de ce que dessus, led. S. Roux, ses enfants, postérité et descendants puissent être tenus de nous payer et à nos successeurs Rois aucunes finances ni indemnités dont à quelques sommes qu'elles puissent acoûter nous leur avons fait et faisons de par ces présentes et sans qu'ils puissent être troublés à recherchés pour quelque cause occasion et prétent[ion] qu'elle soit à charge par eux de vivre noblement et sans déroger. Si donnons commandement à nos amis et féaux Conseillers les gens tenant notre cour de Parlement à Aix et à tous nos officiers et justiciers qu'il appartiendra que ces présentes ils ayent à faire enregistrer et de contenir en icelles jouir et user led. S. Roux, et ses enfants, postérité et descendants males et femelles, nés et à naître en légitime mariage, pleinement, paisiblement et perpétuellement, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements quelconques et nonobstant tous édits, déclarations, arrêts et règlements à ce contraire et aux dérogations des dérogatoire y contenir, nous avons dérogé et dérogeons pour ce regard seulement, et sans en tirer à conséquence, car tel est notre plaisir, et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait mettre notre scel à ces dittes présentes sauf en autres choses notre droit et [?] en tous. Donné à Compiègne au mois d'août l'an de grâce mil sept cent soixante douze et de notre règne le cinquante septième. Signé Louis ; Visa de Beaupéou, par le Roy, Comte de Provence, signé Phélypeau Enregistrés, ensemble le jugement d'armes et la quittance d'un marc d'or au registre parlamentaire et conservé aux archives de Sa Majesté en Provence dans l'armoire lettres et collationné par nous Chevaliers, Conseillers du Roy en la Cour de Parlement de ce pays, commissaires aux dittes archives soussignés ensuite de l'arrêt de la Cour du 11 j[anv]ier 1773 rendu sur la requête à elle présentée par S. Pierre Honnoré Roux, ancien premier Échevin et Négociant de la ville de Marseille, signé L'Hermite, Maillane, Portaly, de Martialis. Règlement d'armoiries pr le S. Pierre Honnoré Roux, négociant et ancien premier Échevin de la ville de Marseille en conséquence des lettres de son annoblissement du mois d'août 1772. Antoine Marie d'Hozier de Sérigny, Chevalier, Juge d'Armes de la noblesse de France, Chevalier Grand Croix honoraire de l'ordre Royal de St Maurice de Sardaigne, Vu les lettres patentes en forme de charte données par le Roy à Compiègne au mois d'août de la présente année 1772, signées Louis et plus bas par le Roy, Comte de Provence, Phélypeau, par lesquelles S. M. annoblit le S. Pierre Honnoré Roux, négociant et ancien Premier Échevin de la ville de Marseille, ensemble ses enfants, postérité et descendants males et femelles, nés et à naître en légitime mariage. Nous, en vertu de la clause ennoncée dans les dittes lettres qui permet au dit S. Roux et à ses enfants, postérité et descendants de porter des armoiries timbrées telles qu'elles seront réglées par nous comme juge d'armes de la noblesse de France et ainsi qu'elles seront figurées dans les dittes lettres auxquelles notre acte de règlement sera attaché sous le contre scel de la Chancellerie conformément à l'arrêt du Conseil du 9 mars 1706, avons réglé pour ses armoiries un écu d'azur à trois lis de jardin au naturel, sortants d'une terrasse de sinople, mouvante de la pointe de l'écu et surmontés d'un soleil d'or, ledit écu timbré d'un casque de profil orné de ses lambrequins, d'or, d'azur, d'argent et de sinople et afin que le présent règlement d'armoiries puisse servir au dit S. Roux et à ses enfants et postérité née et à naître en légitime mariage tant qu'ils vivront noblement et ne fairont aucun acte de dérogeance, nous l'avons compris dans les registres des annoblissements après l'avoir signé et fait contresigner par notre secrétaire qui y a apposé le sceau de nos armes, à Paris, le samedi vingtunième jour du mois de novembre de l'an mil sept cent soixante douze, Signé d'Hozier de Sérigny. Par Monsieur le Juge d'Armes de la noblesse de France, signé Duplessis. J'ai reçu de M. Pierre Honnoré Roux la somme de deux mille livres pour le droit de Marc d'or fixé par l'édit du mois de décembre mil sept cent soixante dix pour raison des lettres de noblesse à luy accordées par Sa Majesté au mois d'août mil sept cent soixante douze et huit cent livres pour les huit sols pour livres dudit droit. Fait à Paris le vingt huit novembre mil sept cent soixante douze, signé Carou. Au dos, est écrit enregistré au controlle général du marc d'or des ordres de Sa Majesté pour nous Écuyer Conseiller du Roy Controlleur Général dudit marc d'or. À Paris le vingt neuf novembre mil sept cent soixante douze, signé Beauraix. Collationné à l'original par nous Écuyer Conseiller Secrétaire du Roy, Maison Couronne de France et de ses Finances, signé Levié. Extrait des Registres du Parlement sur la requête présentée à la Cour par Sieur Pierre Honnoré Roux, ancien premier Échevin et négociant de la ville de Marseille, contenant qu'il a plu à Sa Majesté de lui accorder des lettres de noblesse ainsi que pour ses enfants nés et à naître et désirant le suppliant profiter de la grâce qu'il tient de Sa Majesté, il requiert très humblement la Cour de vouloir bien entériner les dittes lettres, ce faisant ordonner qu'elles seront enregistrées ensemble le jugement du juge d'armes et registres de la Couronne formes ordinaires, et qu'à cet effet le supliant sera inscrit dans le Catalogue des Nobles de Provence, pour jouir par lui, ses enfants et postérité des droits, privilèges, franchises et immunités accordé à la noblesse conformément aux dittes lettres. Vue la ditte requête signé Carbonel appointée le onze janvier mil sept cent soixante treize et soit montrée au Procureur du Roy la réponse de son substitut du même jour n'empêchant, signé Carrel, les dittes lettres patentes de noblesse données à Compiègne au mois d'août dernier signées Louis et plus bas par le Roy, Comte de Provence, Phélypeau, scellées d'un grand sceau de cire verte et à cotté visa, le règlement d'armoiries fait par le juge d'armes du vingt un novembre dernier, la recharge de la requête, et vue le rapport de M. Joseph d'Escleu, Chevalier, Conseiller du Roy en la Cour tout considéré dit a été que la Cour a vérifié les dittes lettres de noblesse, ordonne qu'elles seront enregistrées ensemble le règlement d'armoiries et registres des archives du Roy pour le tout être gardé, observé et exécuté suivant la forme et teneur et qu'à cet effet le supliant sera inscrit dans le Catalogue des Nobles de Provence pour jouir par lui, ses enfants et postérité des droits, privilèges, franchises et immunités accordées à la noblesse, conformément aux dittes lettres patentes, fait au Parlement de Provence, séant à Aix, le onze janvier mil sept cent soixante et treize, Collationné, signé Régibaud.
Acte notarié
Archives Départementales des Bouches du Rhône, côte VIF 19 à 22. Comprenant procédures, inventaires, pièces annexées... Son fils Jean Baptiste est son héritier.
Note
Pierre Honoré de ROUX de BOYER est Négociant, à Marseille (13), où il habite rue des Dominicains, sur la paroisse St-Martin. Il reçoit des marchandises (indigo, sucre, café, tabac, cuir, etc...) en provenance du monde entier (Martinique, Cayenne,Cap-Français, Naples...). Il est Commissaire Général de la ville en 1720 (au moment de la Grande Peste qui décime la ville et sa région) et Premier Échevin de la cité en 1755. Il est qualifié "Sieur" ou "Noble". Il reçoit d'ailleurs ses lettres de noblesse délivrées par Louis XV à Compiègne en août 1772 et en même temps une copie du règlement de ses armoiries (côte CC59bis des archives municipales de Marseille). Il est anobli, lui et sa postérité mâle et femelle, en remerciements des grands services rendus, notamment lors de la Grande Peste qui frappa Marseille en 1720 et aussi lors de l'expédition de Port-Mahon (Minorque - îles Baléares) en 1756. Il hérite (en partie, avec son frère Jean Baptiste Ignace et les Coste ?) des biens de son oncle Jean Baptiste (voir à ce sujet aux Archives Départementales des Bouches du Rhône, côte VIF 19 à 22).
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89