Onézime Jean Louis FABRY1797

Nom
Onézime Jean Louis FABRY
Naissance 10 mai 1797 43 36
Naissance d’une sœurMarie « Suzanne » Thérèse FABRY
25 juin 1799 (Âge 2 ans)
Source : 27/06/1820
Note: État-Civil de Brest (29) - Naissances - 25 juin 1799
Naissance d’un frèreAchille Narcisse FABRY
23 novembre 1801 (Âge 4 ans)
Décès d’un frèreAchille Narcisse FABRY
23 décembre 1801 (Âge 4 ans)
Décès du pèreJulien Onézime FABRY
avant 1820 (Âge 22 ans)

MariageAimée HÉMERYAfficher cette famille
1826 (Âge 28 ans)

Décès de l’épouseAimée HÉMERY
1828 (Âge 30 ans)

MariageN.Afficher cette famille
après 1828 (Âge 30 ans)

Décès de la mèreJulienne OHIER de GRANDPRÉ
après 1832 (Âge 34 ans)

Décès d’une sœurMarie « Suzanne » Thérèse FABRY
20 septembre 1862 (Âge 65 ans)
Note: État-Civil de Rostrenen (22) - Décès - 20 septembre 1862

Décès d’un filsJulien Jérôme Anne Onézime FABRY
11 avril 1873 (Âge 75 ans)
Source : 04/05/1891
Profession
Militaire
oui

Décèsoui

Famille avec les parents - Afficher cette famille
père
mère
Mariage : 10 septembre 1791St-Brieuc, Côtes-d'Armor, Bretagne, France
sœur
frère
lui
2 ans
sœur plus jeune
2 ans
frère plus jeune
Achille Narcisse FABRY
Naissance : 23 novembre 1801 48 40Brest, Finistère, Bretagne, France
Décès : 23 décembre 1801Brest, Finistère, Bretagne, France
La famille de la mère avec François Pierre LYMON de La BELLE-ISSUE - Afficher cette famille
beau-père
mère
Mariage : 31 janvier 1780St-Brieuc, Côtes-d'Armor, Bretagne, France
Famille avec Aimée HÉMERY - Afficher cette famille
lui
épouse
Mariage : 1826
fils
Famille avec N. - Afficher cette famille
lui
épouse
Mariage : après 1828
fils

Note
#Générale# Tout d'abord Marin, avec résidence à Quintin (22), il s'engage comme s oldat au troisième Léger, en garnison à Paris (75), puis à Soissons ( 02). En 1829, on lui retire la tutelle de son premier enfant. Il est v rai qu'il ne doitpas être un très bon père, puisqu'il a la réputatio n d'être sans cesse en "ribotte". Sa famille, tant du côté paternel qu e maternel intente en 1832 une action en justice pour lui faire attri buer un conseil judiciaire. Propriétaire d'unerente de 2000 livres pa r an, il est "sans profession ni domicile actuel connu, mais ayant eu sa dernière résidence à Quintin, mène depuis plusieurs années une vie désordonnée et se livre à des dépenses de nature à compromettre sa f ortuneet celle de son fils... propriétaire d'une fortune assez brilla nte, environ deux mille livres de rente... il se livrait à la débauch e, à la fénéantise et qu'il ne hantait que les personnes mal famées." Il se calme pourtant au moment de son mariage, car il s'installe chez son beau-père, mais ça ne dure pas et, dès la mort de sa femme, il re prend la boisson. Il tente de se reprendre, puisqu'il va s'installer chez sa soeur Julie, Mme Prud'Homme, mais retombe de plus belle, "se vautrant dans les cabarets, courant de foire en foire et faisant en to us lieux des marchés onéreux..." Il finit par s'engager dans l'armée p our échapper sans doute à sa famille, mais à Paris, rien ne s'arrange : "Soldat indiscipliné, il estpeu estimé de ses chefs qui sont dans la nécessité de le punir fréquement ; son service achevé, il court de cabaret en cabaret..." Après un interrogatoire en règle par le Tribun al de Soissons où il est en garnison (et alors qu'il est à cemoment en salle de police à la caserne), il est placé sous conseil judiciaire (voir à son sujet le dossier aux Archives Départementales des Côtes d'Armor : 2E Familles - 138 Fabry). En 1862, il demeure à Trégueux (22 ) et il est dit "Propriétaire ".
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89 | Quiz Akademos