Jean Baptiste de ROBIN de SAINT-CHALLIERÂge : 68 ans16641732

Nom
Jean Baptiste de ROBIN de SAINT-CHALLIER
Naissance 1664

Mariage d’un enfantMathieu Alexandre Nicolas Esprit de FULQUE d'ORAISONJeanne Thérèse de ROBINAfficher cette famille
décembre 1722 (Âge 58 ans)
Profession
Diplomate

Décès 2 mai 1732 (Âge 68 ans)
Adresse : St-Roch
Épouse : Barbe RENAULTépouse
_ACT : c
Note :
État-Civil de Paris (75) St-Roch - Décès - 2 mai 1732 (d'après Chastellux) Jean Baptiste de ROBIN, Comte de St Challier, Conseiller Secrétaire du Roi, Seigneur de Courtavenel, décédé le deux mai mil sept cent trente deux, à soixante huit ans, époux de Barbe RENAULT, sur la paroisse St Roch.
Décès
État-Civil de Paris (75) St-Roch - Décès - 2 mai 1732 (d'après Chastellux) Jean Baptiste de ROBIN, Comte de St Challier, Conseiller Secrétaire du Roi, Seigneur de Courtavenel, décédé le deux mai mil sept cent trente deux, à soixante huit ans, époux de Barbe RENAULT, sur la paroisse St Roch.
Note
#Générale# Comte de Robin et de St-Challier, Seigneur de Courtavenel, Tilloy et Vaudor, il est qualifié " Messire ". En 1722, il demeure place Louis-l e- Grand, sur la paroisse St-Roch, à Paris (75). Diplomate, il est " Commissaire envoyépar le Roy auprès de la personne du Roye d'Espagne ", Ambassadeur en Espagne, il reçoit des gratifications importantes de Louis XV et de Philippe V pour les services rendus aux cours de Fr ance et d'Espagne, par les traités dont il avaitété chargé. Il est C onseiller Secrétaire du Roi. Il semble que ce soit de lui dont parle Saint-Simon dans ses Mémoires : Le Cardinal Dubois fait accompagner M . de Maulévrier, Ambassadeur en Espagne " par un marchand, devenu pet itfinancier, qui s'appelait Robin, et qui en portait tout à fait la mine. C'était pour le diriger dans les affaires du commerce, mais il s e trouva qu'il le dirigeait dans toutes, et que sans Robin, aucune n' eût marché. Aussi, Robin, quiavait de l'esprit et du sens, ayant env ie d'être dépéché au roi pour lui porter son contrat de mariage [il s'agit du contrat de mariage du Roi] , je n'osais priver Maulévrier d e son mentor, quoiqu'ils m'en priassent tous deux. Je mecontentais d e mander le refus au cardinal Dubois sans m'expliquer de la raison. L e cardinal ne fut pas si réservé dans sa réponse à cet article. Il me remercia de l'avoir refusé, et ajouta, plaisamment que Robin était l'Apollon sanslequel Maulévrier ne pouvait faire des vers. Peu de jo urs après mon arrivée, je l'allai voir en cérémonie (Maulévrier). Je ne sais si ce fut ignorance ou panneau, il voulut donner la main à mes enfants. Je m'en aperçus assez tôt pourl'empêcher... " Saint-Simon reproche longuement à Maulévrier sa haine des Espagnols et les insult es qu'il leur fait : " Quelque peu d'intérêt que je prisse en lui, je ne pouvais me détacher de celui de la nation et de ce déshonneur du choix d'un pareil ministre. Je n'en parlai point non plus à son condu cteur Robin, que je jugeai bien qu'il sentait les mêmes choses, et qu 'il ne pouvait retenir cette étrange humeur. "
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89