Marguerite de MARTEL1671

Nom
Marguerite de MARTEL
Naissance vers 1671

Décès du pèreClaude de MARTEL
avant 1689 (Âge 18 ans)

Contrat de mariageGabriel de GAUTIERAfficher cette famille
2 février 1689 (Âge 18 ans)

MariageGabriel de GAUTIERAfficher cette famille
17 février 1689 (Âge 18 ans)
père de l'épouse : Claude de MARTELbeau-pèrepère
mère de l'épouse : Louise TROTOBASbelle-mèremère
père de l'époux : Joseph de GAUTIERpèrebeau-père
Note :
AD-13 - État-civil d'Aubagne - BMS 1689 – Image 11 : Mariage du 17 février 1689 : Je soubsigné secondaire de cette parroisse d'Aubagne, avec la permission de Mr le Vicaire, ay procédé à la célébration d'un mariage le dix sept feuvrier de l'année susditte [1689], après avoir fait une publication ayant eu dispense de deux par Monseigneur de Marseille, signé [illisible] sans avoir descouvert aucun empeschement entre noble Gabriel de GAUTIER, fils de feu noble Joseph et de Madame Élizabeth de COURTRON survivante, d'Aubagne, d'une part, et honeste fille demoiselle Marguerite de MARTEL, fille de feu Sr Claude et de demoiselle Louyse TROTOBAS, dudit Aubagne, d'autre, tous deux confessés et communiés, ledit Sr Gabriel de GAUTIER aagé d'environ vint huit ans, et laditte demoiselle Marg. de MARTEL d'environ dix huit, assistez de leurs proches et amis, ayant pris pour tesmoins messieurs Noble Melchior de LAMÉNIE, escuyer, sieur de la Faye, messieurs Jean Pierre TROTOBAS, Louis ARNAUD et Antoine Jean, signés de GAUTIER, BLANC ptre provicario, Marguerite MARTELLE, de LOMÉNIE de La Faye, ARNAUD, TROTOBAS, A. JEAN.
Décès d’un époux/épouseGabriel de GAUTIER
avant 1736 (Âge 65 ans)

Mariage d’un enfantLouis Surléon de GAUTIERFrançoise de MAYOL-SAINT-SIMONAfficher cette famille
7 novembre 1736 (Âge 65 ans)
Adresse : Ste-Magdelaine
père de l'époux : Gabriel de GAUTIERpèrebeau-père
mère de l'époux : Marguerite de MARTELmèrebelle-mère
mère de l'épouse : Anne Théodore de VELLINbelle-mèremère
beau-frère de l'épouse : François NÉGREL-BRUNYmari de la belle-sœurbeau-frère
cousin de l'épouse par alliance : Louis François de GRAS de ROUSSETRelationtante → beau-fils
Note :
État-Civil d'Aix-en-Provence (13) Ste-Magdelaine - Mariages - 7 novembre 1736 : Noble Surléon de GAUTIER, du lieu d'Aubagne, diocèse de Marseille, fils de deffunt Noble Gabriel de GAUTIER et de Dame Marguerite de MARTEL, après une publication des bans faite dans la paroisse d'Aubagne et dans cette paroisse Ste Magdelaine de cette ville d'Aix, dispense des deux autres ce jourd'huy septième novembre mil sept cent trente six, en présence de nous curé et des témoins cy après nommés, a épousé en face de notre Ste Mère l'Église et selon les règles d'icelles, dlle Françoise de MAYOL ST SIMON, fille de Messire Louis de MAYOL ST SIMON, Conseiller du Roy en la Cour des Comptes, Aydes et Finances de ce pays de Provence, ici présent et consentant, et de feue Dame Théodore de VELLIN, les témoins sont Noble Léonard de CALABRO, Mre François NÉGREL BRUNY, Juge Général des Judications de l'Abbaye St Victor de Marseille, Mr Joseph de MARTEL, Avocat en la Cour, et Messire François Louis de GRAS, Conseiller au Parlement,…
Décès d’un filsLouis Surléon de GAUTIER
avant 1785 (Âge 114 ans)

Décèsoui

Famille avec les parents - Afficher cette famille
père
mère
elle
Famille avec Gabriel de GAUTIER - Afficher cette famille
mari
elle
Mariage : 17 février 1689Aubagne, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
fils

SourceBIB_LACHESNAYEDESBOIS
Publication : Dictionnaire de la Noblesse, 1770-1786 et 1863-1870.
Mariage
AD-13 - État-civil d'Aubagne - BMS 1689 – Image 11 : Mariage du 17 février 1689 : Je soubsigné secondaire de cette parroisse d'Aubagne, avec la permission de Mr le Vicaire, ay procédé à la célébration d'un mariage le dix sept feuvrier de l'année susditte [1689], après avoir fait une publication ayant eu dispense de deux par Monseigneur de Marseille, signé [illisible] sans avoir descouvert aucun empeschement entre noble Gabriel de GAUTIER, fils de feu noble Joseph et de Madame Élizabeth de COURTRON survivante, d'Aubagne, d'une part, et honeste fille demoiselle Marguerite de MARTEL, fille de feu Sr Claude et de demoiselle Louyse TROTOBAS, dudit Aubagne, d'autre, tous deux confessés et communiés, ledit Sr Gabriel de GAUTIER aagé d'environ vint huit ans, et laditte demoiselle Marg. de MARTEL d'environ dix huit, assistez de leurs proches et amis, ayant pris pour tesmoins messieurs Noble Melchior de LAMÉNIE, escuyer, sieur de la Faye, messieurs Jean Pierre TROTOBAS, Louis ARNAUD et Antoine Jean, signés de GAUTIER, BLANC ptre provicario, Marguerite MARTELLE, de LOMÉNIE de La Faye, ARNAUD, TROTOBAS, A. JEAN.
Note
Elle est d'Aubagne (13) et qualifiée "Demoiselle" ou "Dame". La famille de Martel est originaire de Provence (Aubagne et Barjols). Elle porte "d'azur à trois marteaux ou haches d'armes d'argent, deux et un. François de La Chesnaye-Desbois, dans son Dictionnaire de la Noblesse, cite cette famille : "Léandre Martel, de la ville d'Aubagne, obtint des Lettres de Noblesse à cause de ses services, dans le mois de Février 1683, enregistrées aux Archives de Sa Majesté en Provence. Il était Capitaine d'une Compagnie de Chevaux-Légers, & descendait probablement d'un cadet de la Famille de Martel du Dauphiné, lequel, pendant les guerres civiles vint s'établir sur les côtes de Marseille. Suivant un certificat des Syndics & Commissaires de la Noblesse de Provence, cette Famille a toujours servi le Roi honorablement & a fait des alliances dans les Maisons de Castellane-Mazaugues, d'Albertas-Jouques, & Gautier d'Aubagne, &c. Joseph de Martel, aujourd'hui chef de la branche aînée établie à Aubagne, a plusieurs enfans. Deux sont Officiers, l'un dans la Marine, l'autre dans le Régiment Royal-Artillerie. La seconde branche est établie à Barjols. Il est parlé de cette Famille dans l'Histoire héroïque de la Noblesse de Provence, Tome II, p.110, & dans l'état de la Provence, Tome II, p. 342." Le Marquis de Martel (je ne suis pas certain qu'il s'agisse de la même famille), grand marin, vient au secours du Duc de Beaufort dans l'affaire de Djijeli (Algérie) en 1665, mais ne peut éviter le désastre. Il commande en 1666 le vaisseau le Dauphin pour la campagne du Ponant, puis en 1672 l'escadre qui accompagne à Tunis Alexandre de Chaumont, Officier de Marine et envoyé du Roi (toujours dénommé Empereur dans les rapports avec l'Afrique du Nord). Les ports de Porto-Farina, Bizerte et la Goulette sont bombardés avant que le traité de 1665 soit confirmé par le nouveau traité capitulaire qu'il signe avec la Régence de Tunis. Jaloux de ses succès, Rupert réussi à le faire embastiller durant cinq mois, juste avant la campagne de 1673. Il s'agit de Pierre-Damien de Clère, marquis de Martel (Paris v. 1600-1681). Capitaine (1636). Chef d’escadre (1642), lieutenant général des armées navales (1656), officier de cavalerie durant la Fronde. Il épouse la sœur du chevalier de Cissé. En 1672, en rade de Toulon, il reçoit à son bord Mme de Grignan, fille de Mme de Sévigné. Âgé de 73 ans, il a été opéré de la gravelle, à son bord, en rade de Brest (1er juin 1673). Le chirurgien lui ôte “cinq grosses pierres et sept gros grains de sable”. Le 3 juin, souffrant, on doit le débarquer. Le 18, il appareille avec sa division pour se joindre à d’Estrées ! Celui-ci lui “ordonne” diverses choses pour le service. Le vice-amiral n’étant âgé que de 49 ans, Martel estime devoir être “prié” et déclare n’avoir pas d’ordres à recevoir. Le conflit s’envenime : d’Estrées refuse de le saluer, ni du canon, ni de la voix. Embastillé, démonté de son commandement , le Roi écrivit au gouverneur de la Bastille de le libérer le 6 février 1674 car “brave soldat”. Il mourra sans reprendre la mer.
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89