Jacques Marie FRADIN de BELABRE + Marguerite CHANTOIS de LAUMÔNERIE

8 enfants
Marie Madeleine Jeanne FRADIN de BELABRE
Baptême religieux : 29 juin 1712 34 25Civray, Vienne, Nouvelle-Aquitaine, France
Décès : 5 avril 1777Civray, Vienne, Nouvelle-Aquitaine, France
Marie Anne FRADIN de BELABRE
Baptême religieux : 15 janvier 1714 35 27Civray, Vienne, Nouvelle-Aquitaine, France
Décès :
Marie Joseph FRADIN de BELABRE
Baptême religieux : 15 août 1718 40 31Civray, Vienne, Nouvelle-Aquitaine, France
Décès :

Parents Grands-parents

Informations sur la famille
Contrat de mariage 9 juillet 1711
oncle paternel de l'épouse : François CHANTOIS de LAUMONERIEépouse → oncleoncle
Note :
Aixe-sur-Vienne (87) Contrat de mariage - 9 juillet 1711 (Une copie originale en notre possession). 9 JUILLET 1711 Ce sont les articles du contrat de mariage proposé entre, Jacques Marie FRADIN, Seigneur de Blanzay, fils de Charles FRADIN, Seigneur de Chastein, Présidans Lieuten(an)t Gén(ér)al du Siège Royal de Civray, et de deffunte Dame Jeanne deGUILLAUMEAU, et de Damoiselle Marguerite CHANTOIS, fille de Jean CHANTOIS, Es(cuy)er, Seig(neu)r des Veaux, et de Dame Marg(ueri)te FAVUER, de la ville d'Aixe. - Primo, il a esté convenu que le S. des Veaux donnera en constitution, suivant la coutume du pays de droit escrit auquel les parties se sont soumis, à la Damlle sa fille et audit Sieur FRADIN son futur époux quy sera autorisé par le Sr son pèrepour la vallidité du prés. acte tous les biens tant meubles qu'immeubles, provenant de la succession de feu François CHANTOIS, Sieur de Lomosnerie, son frère, en telle part qu'ils puissent estre situés et seis dont il sera fait procès verbal etun état spécifique des dits meubles, en oustre leur dellessera tous les biens despendans de laditte Dame FÖVER pour jouir d'iceux dès à présent et en disposer à leur volonté le tout néanmoins en conformité du testament du feu Sr de Laumosneriequy sera exécutté suivant sa forme et teneur, à la charge néansmoins par lesdits futurs conioints d'acquiter toutes les dettes passives d'huis tant sur la succession dudit feu Sieur François de Laumosnerie, son frère, que sur celle de laditteDame FAVUER, son épouse, se réservant seullement ledit Sr des Veaux son lieu noble de la Mothe, sittué au bourg de St Cir, en toute proprietté pour en jouir et disposer ainsy comme il avisera avec les meubles quy estoient audit lieu et qu'il fittransporter après la mort de son frère en cette ville dont il en sera cru à son serment aussy bien que la somme de cinq cents quarante livres de la pension qu'il perçoit annuellement sur la Compagnie des Chevaux Légers de la Garde tous lesquelsbiens constitués lesdits Sieurs FRADIN père et fils seront tenus de rendre en cas de restitution de dot, les assignant dès à présent sur tous les (?) se réservant ledit Sieur des Veaux à payer les dettes personnelles. - Et de la part du dit Sieur FRADIN père, il a promis de donner audit Sieur FRADIN son fils par préciput et avantage à ses autres enfants, son estat et office de Lieutenant Général Commissaire Examinateur et Enquesteur d'Ancienne et NouvelleCréation de la Séneschaussée au siège Royal dudit Civray, pour lequel office il est tenu de donner procuration ad resignandum lors et au temps de la passation du contrat de mariage, autrement et à faute de ce faire, les présentes serviront deprocuration, et d'autant que ledit Sieur FRADIN père veut à présent disposer du restant de ses biens en faveur dudit Sieur FRADIN son fils, et de Dame Luce Marguerite FRADIN, épouse du Sieur Jean Baptiste CACAULT, Seigneur de la Cottrie,Acesseur Criminel et Subdélégué en titre au Despartement de Civray, et desclare faire donnation pure et simple entre vif audit Sieur FRADIN son fils et à laditte Dame de la Cottrie, sa fille, icelle absante, mais ledit Sieur de la Cottrie sonmary icy présent stipullant et acceptant pour elle de tous et un chacun ses biens pour entr'eux deux partagés, à la charge pour le dit Sieur de la Cottrie de raporter ce quy luy a esté desia (déjà) donné en avancement d'hoirie par ledit SieurFRADIN pour estre le tout compris dans le partage ce quy a esté esgallement accepté par lesdits Sieurs FRADIN et la Cottrie, sauf toutesfois des offices de Présidant au dit siège de Civray et des traites foraines, et de la métairie de Bagouèredont il se rézerve l'uzufruit seullement sa vie durant pour ensuite, après son déceds, estre partagé, se réservant en oustre en toute propriété la maison qu'il habitte dans la ville de Civray avec tous les meubles quy y sont pour en disposer àsa vollonté et au cas qu'il arrivast que la charge de Présidant aux traites foraines fust supprimée est que Sa Maiesté les remboursat de la finance d'icelle ou retranchast partie des gages d'icelle, ledit Sieur FRADIN et de la Cottrie seronttenus de luy payer annuellement la somme de trois cents livres en ce que aussy lesdits Sieurs FRADIN et de la Cottrie, frère et beau, payeront à la descharge dudit Sieur FRADIN, Présidant, les sommes qu'il doit à Monsieur DAUSANCE et auxhéritiers de Monsieur DUBREUIL de Praille, dans laquelle donnation faitte, ledit Sieur FRADIN Présidant n'a point entendu comprandre ses dettes actives qu'il se réserve pour acquitter les autres press(?) à l'exception néanmoins de ce quy luyest dhu par les héritiers du feu Sieur de la Tousche Fressinet et de la créance qu'il a sur la terre de Lugerat quy demeurera comprise dans laditte donnation moyennant laquelle ledit Sieur FRADIN père demeurera deschargé de la constitutiondottalle laditte Dame de GUILLAUMEAU et des successions des Sieurs PONTIGNAC et GUILLAUMEAU obvenues auxdits Sieurs FRADIN et de la Cottrie, tant en capital, qu'intherest moyennant quoy les parties ont promies cellebrer le mariage toutes fois etquantes qu'une partie en requerra l'autre à paine de dépens d'hommages et intherest, et de passer contrat au premier jour, Fait en la maison dudit Sieur des (effacé : Veaux) en la ville d'Aixe, le neuviesme juillet (effacé : mil) sept cents onze. Les parties ayant signé le présent double dont chascun a retiré le sien ainsy signé en l'original des présentes, Chantoisde la Monnere, Fradin, Chantois, Fradin, Cacault.
Mariage 20 juillet 1711
Note :
État-Civil d'Aixe-sur-Vienne (87) - Mariages - 20 juillet 1711 Mr Jacques Marie FRADIN, équyer, Seigneur de Blanzy, et Demoiselle Marie CHANTOIS ont resceu la bénédiction nuptiale le vingtiesme juillet 1711, après leurs fiançailles veü l'attesttation de Mr le Vicaire Général de Poytiers attesttée par Mr leVic. Gén. de Limoges, Mgr de Chataumorand toutes formalité en tel cas requises et observées, en présence de Gramaud et Blanchard, par moy Orcet, curé, (ont signé : Fradin de Blanzay).
Dernière modification 8 janvier 201913:02:27

par : Guillaume de Bellabre
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89