Boniface de CASTELLANE1247

Name
Boniface de CASTELLANE
MarriageSibylle de SIGNEView this family
yes

Number of childrenSibylle de SIGNEView this family

Note: Boniface de Castellane et Sibylle de Signe n'ont pas de postérité.
Death 1247
Note: Il meurt décapité. D'autres sources indiquent qu'il est simplement banni et meurt en 1278.
Family with parents - View this family
father
mother
himself
brother
Private
Family with Alix des BAUX - View this family
himself
wife
son
son
Family with Sibylle de SIGNE - View this family
himself
wife
Marriage:

SourceBIB_ACHARD-PROVENCE_1787
Publication: Histoire des Hommes Illustres de la Provence Ancienne et Moderne, 2 t., 1787.
Number of children
Boniface de Castellane et Sibylle de Signe n'ont pas de postérité.
Death
Il meurt décapité. D'autres sources indiquent qu'il est simplement banni et meurt en 1278.
Note
Boniface de CASTELLANE est cinquième de son nom et Seigneur de Castellane, Riez, St-Martin et autres lieux. Il entraîne les Marseillais à la révolte contre Charles d'Anjou, 1er du nom et Comte de Provence. Il est condamné à mort et sa terre de Castellane est confisquée à sa famille. Claude François Achard, dans son ouvrage, Histoire des Hommes Illustres de la Provence, 2ème partie, p. 381, consacre un article à son sujet : "Boniface de Castellane [p. 382], de la famille qui possédoit la petite Souveraineté de ce nom, fut un bon Troubadour. Il s'attacha à Bellière de Fos, & lui dédia ses premiers essais poétiques. Mais il étoit plus porté à la satyre qu'à l'amour, & l'on a dit que jamais il ne fit si bien les vers que lorsqu'il avoit bu plus qu'à l'ordinaire : son refrain ordinaire étoit conçu en ces termes : bouka qu'as dich ? Bouche qu'as-tu dit ? Comme s'il eut volut se reprocher les médisances, qui avoient coulé de sa plume. Boniface montra à la guerre, le courage qui l'animoit ; l'ambition lui fit concevoir le dessein de régner, & il n'épargna rien pour satisfaire ce désir. Le mariage de Béatrix avec Charles d'Anjou, détruisit ses projets, & irrita sa verve. Il composa deux syrvantes, dans lesquelles il exhale sa rage contre les François, tandis qu'il se plaint de ses compatriotes. « Je suis bien aise, dit-il, de voir les Provençaux sous les chaînes des François. Ils le méritent bien par leur lâcheté. » Il tourne ensuite sa satyre contre les Avocats, qui, sans avoir égard aux droits des Parties, publioient que tout appartenoit au Comte de Provence. Il auroit désiré que tous les Seigneurs se fussent armés pour se défendre de la tyrannie, & il les nomme lâches & vilains Barons, parce qu'ils ne se rendent pas à ses désirs. Boniface couroit, sans s'en douter, à une perte certaine. Le Comte d'Anjou étoit occupé dans les Pays-Bas à défendre la Comtesse de Flandre, attaquée par ses propres enfans ; la ville de Marseille se révolta, & voulut reprendre son ancienne liberté. Boniface, toujours ambitieux, se mit à la tête des rebelles, & donna dans des excès éclatans. Charles vint soumettre Marseille ; il fit trancher la tête aux pricipaux Chefs de la révolte. Boniface perdit ses biens, & fut condamné à un banissement perpétuel. Son inclination le fit surnommer Bounifay lou tracuyat. Il composa, dit-on, un syrvante contre le Roi d'Angleterre, qu'il appelle Pierre sans cœur, parce qu'il n'osoit reprendre les terres que le Roi de France lui avoit enlevées. Saint-Césaire dit qu'il avoit composé, sous des noms supposés, un traité des familles des gentilshommes de Provence, distingués par les vertus & par les vices, & qu'il l'avoit présenté à Charles d'Anjou, qu'il suivit à la conquête de Naples. L'on voit clairement l'erreur de cet Historien. Le Boniface de Castellanne, qui fut à la suite de Charles, en Italie, ne peut avoir été que le fils ou le parent de ce Troubadour. La fierté & la haine implacable qu'il portoit au Comte, ne permettent pas de croire qu'il ait voulu lui rendre un service de bas courtisan, en lui présentant son ouvrage sur les familles nobles de Provence. Une autre erreur que nous devons relever, est l'époque de la mort fixée par Nostradamus & ses prédécesseurs, en 1278. Boniface étoit mort, suivant quelques Auteurs, au milieu du trézième siècle ; & si l'on en croit qu'il fut du nombre de ceux que Charles fit décapiter à Marseille, lorsqu'il soumit les rebelles de cette ville, on aura l'époque certaine & fixée de sa mort. D'autres prétendent qu'il se réconcilia avec Charles, & alors on peut concilier ce que Nostradamus [p. 383] a écrit avec ce que nous savons de certain sur ce Troubadour."
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89