Louis de THOMASÂge : 94 ans16781772

Nom
Louis de THOMAS
Naissance 1678 43
Décès d’un frèreFrançois de THOMAS
avant 1698 (Âge 20 ans)

Décès d’une sœurGeneviève de THOMAS
avant 1698 (Âge 20 ans)

Décès du pèreFrançois de THOMAS de La VALETTE
après 1707 (Âge 29 ans)

Décès d’un frèreJoseph de THOMAS de La VALETTE
19 novembre 1744 (Âge 66 ans)
Adresse : Sainte-Marie
Décès d’un frèreGaspard de THOMAS de La VALETTE
10 juillet 1748 (Âge 70 ans)
Adresse : St-Roch
Profession
Marin, Religieux

Décès 1772 (Âge 94 ans)

Famille avec les parents - Afficher cette famille
père
mère
Mariage :
frère
frère plus âgé
22 mois
frère plus âgé
6 ans
lui
Louis de THOMAS
Naissance : 1678 43Toulon, Var, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France
Décès : 1772
frère
sœur
sœur

SourceBIB_ACHARD-PROVENCE_1787
Publication : Histoire des Hommes Illustres de la Provence Ancienne et Moderne, 2 t., 1787.
Note
Il sert dans la Marine, puis entre dans la congrégation de l'Oratoire. En juin 1733, il est élu septième général de cette congrégation. Claude François Achard, dans son ouvrage, Histoire des Hommes Illustres de la Provence, 2ème partie, p. 258, raconte : Louis de Thomas de La Valette, "nâquit à Toulon en 1679. il fut d'abord Chevalier de Malte & placé dans la Marine de France. À l'âge de 17 ans, il renonça au monde pour entrer dans la Congrégation de l'Oratoire, où il s'est distingué par sa piété, par son zèle & par ses talens. À peine eut-il passé quelques mois dans l'Oratoire, que l'amour de la pénitence le conduisit à la Trape. Le P. de la Tour, instruit de sa retraite, l'y laissa plusieurs mois ; & lorsqu'il jugea qu'il étoit suffisamment rempli de l'esprit de sainteté qui règne dans cette solitude, il le réclama auprès de l'Abbé, comme un sujet qui serviroit plus utilement l'Église dans sa Congrégation que dans un Monastère. La Valette ne sortit que par obéissance de cette nouvelle Thébaïde. Rendu à sa première vocation, il y répondit parfaitement, en y remplissant avec le plus grand succès les emplois qui lui furent confiés. Formé par les leçons des grands hommes de la Congrégation, il les reproduisit en sa personne. Fait pour les remplacer en leur succédant, il continua cette chaîne de talens & de vertus qui ont donné à l'Oratoire tant de lustre & d'éclat. Les qualités éminentes qu'il fit paroître, pendant qu'il étoit à la tête de l'institution de Paris, & lorsqu'il étoit Assistant, engagèrent l'Assemblée de 1733 à le choisir pour succéder au P. de la Tour. M. le Duc d'Orléans, ayant appris l'élection du nouveau Général, l'honora de sa visite trois jours après. Ce Prince pieux dit en sortant, à ceux qui l'accompagnoient dans son carrosse, que la Congrégation avoit lieu de sa féliciter du bon choix qu'elle venoit de faire. Il faut observer à la gloire du P. de la Valette, qu'il avoit refusé le Généralat, & que ce ne fut qu'à la sollicitation de M. de Vintimille, son parent, alors Archevêque de Paris & à celle du Cardinal de Fleuri, qu'il se décida à accepter cette charge. Le choix qu'on fit de lui, fut pleinement justifié par la manière dont il [p. 259] se conduisit dans les tems les plus difficiles ; & l'on peut dire que c'est principalement à l'habileté de ce sage Pilote, que les Oratoriens sont redevables d'avoir échappé au naufrage, dont ils ont été si longtems menacés. Sa prudence & ses dispositions pacifiques étoient si généralement reconnues que Benoît XIV daigna prendre son avis sur les disputes qui agitoient l'Église de France, & notammment sur le refus des Sacremens, pour lequel ce Pontife avoit été consulté par l'Assemblée du Clergé de 1755. Dans une lettre que ce grand Pape lui adressa, il lui disoit : « je voudrois vous découvrir tout mon attachement, vous montrer tout le fond de mon âme : mais je n'ose m'ouvrir entièrement à vous. » La suppression des Jésuites ayant fait vaquer beaucoup de Collèges, le Gouvernement vouloit que l'Oratoire se chargeât d'en remplir une partie. Le P. la Valette montra dans cette occasion autant de désintéressement qu'il avoit fait voir de modération à la destruction de la Société. « L'esprit de l'Oratoire, disoit-il, n'est point un esprit d'ambition & d'agrandissement ; loin de penser à multiplier nos Collèges, nous voudrions les réduire à un petit nombre de maisons telles que celle de Julli. Ce n'est guère que loin de la corruption des Villes, qu'il est possible aujourd'hui d'élever les enfans dans la connoissance de la Religion & dans l'innocence des mœurs. » Enfin, ce respectable Général eut la consolation de voir le calme succéder à la tempête, avant sa mort arrivée le 22 Décembre 1772, à l'âge de 96 ans, ayant été Général pendant trente neuf ans. Il réunissoit l'esprit de société & celui de la retraite, la piété qui veut rester inconnue & le mérite qui ne saurait rester caché ; l'art de parler avec élégance, & le talent de le faire avec onction ; le caractère généreux qui ne cherche qu'à multiplier ses dons, & l'amour de la pauvreté qui se refuse tout ; la science si difficile de captiver les cœur. C'est moins par sa place que par ses qualités personnelles, qu'il a été le premier de son Corps."
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89