Charles Armand « Théodore » GENTILZ de MAIRÉ1789

Nom
Charles Armand « Théodore » GENTILZ de MAIRÉ
Naissance 10 novembre 1789 31
Mariage d’un(e) frère/sœurJacques Olivier FRADIN de La RENAUDIÈREMarie Louise Eugénie GENTILZ de MAIRÉAfficher cette famille
6 septembre 1803 (Âge 13 ans)
mère de l'époux : Marie Modeste PETITmèrebelle-mère
beau-frère de l'époux : Pierre BONCENNEbeau-frèremari de la belle-sœur
cousin germain maternel de l'époux : Louis PETITcousin germainbelle-mère → neveu
_ACT : p
Note :
État-Civil de Luçon (85) - Mariages - 6 septembre 1803 Aujourd'hui dix neuf fructidor, an Onze, onze heures du matin, à la mairie et par devant nous Maire de la ville et commune de Luçon, se sont présentés à l'effet de contracter mariage dont les publications ont été faites les jours de dimanchesdix neuf et vingt six Thermidor dernier par le citoyen BOURGEOIS, maire de la ville de Poitiers, suivant son certificat en date du vingt neuf dudit mois de thermidor et par nous les jours de dimanches trois et dix du présent mois de fructidor,et les promesses affichées pendant les huit jours d'intervalle de l'une à l'autre publication, auquel mariage il n'est survenu aucune opposition à notre connaissance. Le citoyen Jacques Olivier FRADIN, adjoint du professeur de dessein de l'ÉcoleCentrale du département de la Vienne, né à Poitiers, le vingt un septembre mil sept cent quatre vingt, fils majeur et légitime du citoyen Jean Baptiste FRADIN, Juge de paix du premier arrondissement de la ville de Poitiers, et de dame Marie Modeste PETIT, aussi natifs dudit Poitiers, où ils habitent, ainsi que le futur qu'ils autorisent au fait de son mariage suivant leur procuration en date du trente thermidor dernier, reçue par Bert et son confrère, Notaires à Poitiers, yenregistrée le neuf de ce présent mois, à nous représentée par le citoyen Pierre FRADIN, défenseur officieux, frère du futur époux, porteur d'icelle à ce présent et aux dits noms consentant, d'une part. Et demoiselle Marie Louise EugénieGENTILZ, née à Pouzauges en ce département, le six avril mil sept cent qu atre vingt cinq, fille mineure et légitime du citoyen Pierre François Louis Marie GENTILZ, natif de Niort, receveur des droits d'Enregistrement à Luçon, et de Dame LuceRose Marie HOUDET du GRAVIER, native dudit Pouzauges, à ce présens et autorisant ladite future, demeurans tous à Luçon, d'autre part. Assistés des citoyens Pierre BONCENNE, d éfenseur officieux, domicilié à Poitiers, âgé de vingt neuf ans, beau frère du futur à cause de Dame Marie Modeste FRADIN, son épouse ; Louis PETIT, Propriétaire, âgé de vingt sept ans, demeurant aussi audit Poitiers, cousin germain dudit futur dans l'estoc (?) maternel ; René Joachim Pierre TARDY, Surnumérairede l'Enregistrement, âgé de trente cinq ans, ami des contractans ; et Henri François MORARD, médecin, âgé de quarante neuf ans, parent de la mère de l'épouse à un degré éloigné, les deux derniers domiciliés à Luçon. Et après avoir, en présencedes témoins et assistans, donné lecture des actes de naissances, des promesses de mariage et du chapitre six du titre de mariage, contenant les droits et devoirs respectifs des époux ; la déclaration suivante a été faite à haute et intelligiblevoix, savoir par le citoyen Jacques Olivier FRADIN, Je déclare prendre en mariage demoiselle Marie Louise Eugénie GENTILZ, et par cette dernière Je déclare prendre le citoyen Jacques Olivier FRADIN en mariage. En conséquence, nous, maireofficier public, avons prononcé au nom de la Loi, en présence des parties contractantes, du fondé de pouvoir des père et mère du futur, des père et mère de la future, desdits témoins et assistans, que le citoyen Jacques Olivier FRADIN etdemoiselle Marie Louise Eugénie GENTILZ sont unis en mariage, et de suite, nous avons dressé le présent acte qui, après lecture faite, a été signé de nous, des époux, témoins et assistans ci dessus dénommés, Jacques HOUDET du GRAVIER, onclematernel de l'époux, Charles Armand Théodore GENTILZ, frère de l'épouse, et autres assistans, (Ont signé :) Eugénie Gentilz, Olivier Fradin, Gentilz, Houdet femme Gentilz, P. Fradin, P. Boncenne, Petit, Houdet du Gravier, Morard, Tardy, Charles Armand Gentilz, Chauveau maire.
MariageAgathe Arthémise JACQUETAfficher cette famille
2 octobre 1810 (Âge 20 ans)
Note :
Il y a encore parmi les témoins : - Pierre François Rouzeau, ami du marié, - Marie Hélène Moysand, mère de la mariée et veuve de Hénoch Jacquet, - Françoise Pasquier, grand-mère maternelle de la mariée, veuve Moysand, - Lucile Agathe Jacquet, soeur de la mariée, - Henri Jacquet, frère de la mariée, - Pierre Jacquet, oncle de la mariée. Les bans ont eu lieu le 16/09/1810, à Luçon (85).
Naissance d’un fils
#1
Pierre Théodore GENTILZ de MAIRÉ
16 juillet 1811 (Âge 21 ans)
Naissance d’une fille
#2
Thémire Luce GENTILZ de MAIRÉ
21 octobre 1814 (Âge 24 ans)
Décès d’une sœurMarie Louise Eugénie GENTILZ de MAIRÉ
25 janvier 1859 (Âge 69 ans)
_ACT : p
Note :
État-Civil de Pouzauges (85) - Décès - 25 janvier 1859 L'an mil huit cent cinquante neuf, le vingt six du mois de janvier, sur les onze heures du matin, par-devant nous Jean Baptiste Henri BRUNET, Maire Officier de l'Ètat-Civil de la commune de Pouzauges, canton de Pouzauges, département de laVendée, ont comparu Mre GILBERT Constant, âgé de quarante trois ans, profession de marchand, demeurant à Pouzauges, qui a dit être ami de la défunte, et Mr Jean GORGET, âgé de soixante six ans, profession de cafetier, demeurant à Pouzauges, quia dit être ami de la défunte ; lesquels nous ont déclaré que Dame Marie Louise Eugénie GENTILS, âgée de soixante treize ans, profession de Propriétaire, demeurant à Pouzauges, née à Pouzauges, département de la Vendée, de son vivant veuve de MrFRADIN, Jacques Olivier, fille de feu Pierre Louis Marie GENTILS et de dame feue Rose Luce HOUDET du GRAVIER, est décédée dans cette commune, le vingt cinq janvier présent mois, à sept heures du matin, ainsi que nous nous en sommes assuré.Lecture faite du présent acte, nous l'avons signé avec les comparants. (Ont signé :) C. Gilbert, Gorget, Brunet.
Profession
Propriétaire

Décèsoui

Famille avec les parents - Afficher cette famille
père
mère
sœur plus âgée
5 ans
lui
Famille avec Agathe Arthémise JACQUET - Afficher cette famille
lui
épouse
Mariage : 2 octobre 1810La Réorthe, Vendée, Pays de la Loire, France
9 mois
fils
3 ans
fille

Mariage
Il y a encore parmi les témoins : - Pierre François Rouzeau, ami du marié, - Marie Hélène Moysand, mère de la mariée et veuve de Hénoch Jacquet, - Françoise Pasquier, grand-mère maternelle de la mariée, veuve Moysand, - Lucile Agathe Jacquet, soeur de la mariée, - Henri Jacquet, frère de la mariée, - Pierre Jacquet, oncle de la mariée. Les bans ont eu lieu le 16/09/1810, à Luçon (85).
Note
#Générale# Il est un riche propriétaire terrien. A ce qu'il hérite de ses parents , il ajoute une vaste étendue de marais, situés en partie en Vendée e t en partie en pays nantais, et qui est évaluée à sa succession à 900. 000 francs. Sa fortune est partagée en trois parts : une à son neveu Eugène Fradin, l'autre à sa nièce Eugénie Fradin, femme de Léon Nivell eau, et l'autre à un ami personnel qu'il considère comme son fils ado ptif. Il surveille lui-même ses terres et on le voit souvent parcouri r les grandes étendues du pays vendéen en tilbury, vêtu d'un habit ble u et coiffé d'un haut-de-forme. Il est tout à fait anti-religieux et prétexte pour cela d'une violation du secret de la confession. Il est affilié à la Franc-Maçonnerie dont il devient un haut dignitaire (?) . A sa mort, il refuse le prètre et fut enterré civilement.
Histoire et Généalogie | Maison de Baglion | Chambres d'hôtes Sens 89